Passer au contenu

Dindon sauvage

Meleagris gallopavo

Identification des caractéristiques

  • Corps noir et longues pattes jaune rougeâtre à vert grisâtre
  • Longue queue noire en forme de ventilateur
  • Ailes bronzées et luisantes
  • Les pieds ont trois griffes et les mâles ont un onglon derrière chaque patte
  • Les mâles ont une grosse tête et la gorge rouge sans plumes et une caroncule rouge sur la gorge et le cou
  • Lors de la reproduction, les mâles (et quelques femelles) ont une « barbe » qui pend de la poitrine
  • Les mâles atteignent de 5 à 11 kg et mesurent de 100 à 125 cm
  • Les femelles atteignent de 3 à 5,4 kg et mesurent de 76 à 95 cm
  • L’envergure des ailes est environ de 1,25 à 1,44 mètre
Voici une photographie prise de côté d'un dindon sauvage adulte. 2 images
Voici une carte de la Colombie-Britannique indiquant l'étendue des espèces exotiques.
Rapportez une observation

Un oiseau étranger, un sérieux parasite agricole.

On trouve les dindons sauvages sur l’île de Vancouver, les îles Gulf du sud, dans l’Okanagan et plus couramment, dans les Kootenays. Elles préfèrent les vallées ouvertes et boisées, les hautes terres et les champs agricoles. On peut les voir manger tôt le matin ou en fin d’après-midi.
Contrairement à leurs cousins domestiques, ils volent très bien et on peut les voir seuls ou en groupes. Ces volées peuvent parfois atteindre jusqu’à 100 perdrix. Les dindons mangent une variété de nourriture : glands, noix, graines, petits fruits, raisins, racines, graminées et insectes. Ils peuvent également manger des amphibiens et des petits reptiles comme les tritons et les couleuvres.

Impact sur les communautés

Les dindons sauvages sont un problème pour les humains et les gibiers à plumes indigènes. Ils se nourrissent de façon opportune et même s’ils mangent principalement des plantes, ils mangent aussi des grenouilles et des salamandres, mettant potentiellement les vertébrés indigènes à risque. Ils peuvent aussi consommer de la nourriture et dominer les lieux de nidification utilisés par les espèces indigènes. Même s’ils ont un lien de parenté avec la dinde que nous mangeons à l'Action de grâces, les dindons sauvages sont un sérieux parasite agricole. Ils mangent des récoltes, dont celles des raisins, effraient les animaux de ranch et pillent les aliments du bétail en hiver.

Histoire de l'invasion des espèces indigènes

Le dindon sauvage est natif du sud-est des États-Unis, du sud de l’Ontario et du Mexique. Il est considéré un excellent gibier à plumes et il a été introduit et réintroduit dans plusieurs régions de l’Amérique du Nord pour la chasse. En 1910, un couple de dindons sauvages a été amené sur l’île James, au large de Victoria, le premier de nombreux essais pour introduire l’espèce. La plupart ont échoué, mais des essais répétés et l’immigration de dindons provenant des États-Unis ont fait qu’une population s’est établie dans les Kootenays et le sud de l’Intérieur.